Loading...

Personne:François Scheyder

From Archi-Wiki

Image principale
Date de naissance 29 janvier 1876
Date de décès 1949
Métier architecte


Biographie

Architecte et entrepreneur à Strasbourg et à Schiltigheim, qui a marqué son époque par une production particulièrement originale, comme la « maison égyptienne » , 10, rue du Général Rapp et beaucoup de constructions éclectiques, marquées le plus souvent par le mouvement Art Nouveau.

Il est né le 29.1.1876 à Dachstein avec l'unique prénom François ( Franz ), fils de Martin Scheyder, maçon (Maurer) et Ludwika Muller.

Il se marie le 30.1.1900 à Schiltigheim avec Marie Antoinette Willem, domestique, née le 9.11.1878 à Dachstein, fille de Antoine Willem, cultivateur et de Sophie Schall. Les deux sont de confession catholique, et l’époux, Franz Scheyder est décrit comme « maçon » (Maurer) (ce qui est surprenant, car à peine un an plus tard, il sera le maître d’ouvrage d’un immeuble situé au n° 9, rue de Mundolsheim où il fait apposer une plaque où il mentionne ses qualités d’architecte et d’entrepreneur !).

Ils ont un fils, Alfred Scheyder, né le 11.06.1903, également architecte et entrepreneur.

François Scheyder serait décédé en 1949 sans doute à Ergersheim.

Selon le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg1, il serait autodidacte, mais ce renseignement est à confirmer.

Il a en tous les cas manifesté dans ses constructions, de l'audace et même de l'excentricité. Deux de ses immeubles sont en effet très connus des strasbourgeois et sans doute également des habitants de Schiltigheim. Est-ce dû au fait qu’ils ont été décorés de fresques remarquables du peintre Adolphe Zilly ? Il s’agit à Strasbourg, de la « Maison égyptienne », située au n° 10 rue du Général Rapp. Et à Schiltigheim, il s’agit de la façade de la droguerie, au n° 30, rue Principale.

En 1901, il est le maître d’œuvre et maître d’ouvrage d’un immeuble situé 9, rue de Mundolsheim. On y trouve ses initiales et celles de son épouse, ainsi que la mention de ses qualités d’architecte et d’entrepreneur. Un autre immeuble remarquable qui lui est attribué se situe au n° 2, rue de Mundolsheim. Le deux immeubles conjuguent des styles d’époques diverses et multiplient plus que des allusions à l'Art Nouveau.

Enfin, sa maison peut-être la moins connue et qu’on appelle cependant la « Maison Scheyder », construite en 1906, est située au n° 55, rue du Général de Gaulle, à Schiltigheim. Cette maison, pittoresque, de style éclectique, cumule les allusions néo-romane, néo-renaissance, néo-baroque et… néo-régionaliste... Il y en avait donc pour tous les goûts !

On découvrira probablement encore dans le futur d’autres immeubles qui portent sa marque à Schiltigheim ou à Strasbourg, mais d’ores et déjà, François Scheyder aura marqué l’histoire de l’architecture locale par ses projets souvent très personnels. On tempérera cependant cette remarque, en signalant des constructions de ce maître d’œuvre, qui ne présentent pas de marques distinctives, car elles se sont sans doute pliées aux commandes de ses commanditaires, comme en 1928, cette maison située au n° 8 rue Richard Brunck, au Quartier des Quinze, où il a également dessiné une maison vers 1930 au n° 8, rue Pantaléon Mury.

Selon une source non retrouvée, François Scheyder se serait ensuite retiré de la pratique d'architecte et aurait dirigé une tuilerie à Ergersheim. Il est vrai que sur son papier à lettre de 1928 est déjà mentionnée sa tuilerie et scierie à Ergersheim, conjointement à son activité d'architecte-entrepreneur à Schiltigheim et Strasbourg. Mais son entreprise existe encore à Schiltigheim, lorsqu'il habite de 1931 à 1935 dans une villa qu'il s'est fait construire au n° 37, rue de Verdun.

Il semble toutefois assuré qu’après le décès de son épouse en 1938, il réside à Ergersheim, où il décède en 1949.

Adresses liées

Personnes liées

Références

Sources

- Etat civil numérisé du Bas-Rhin-Adeloch.

- Fichier domiciliaire de Strasbourg, 603MW716, Archives Municipales de Strasbourg.

- Thèse de Shelley Hornstein (1981), Tendances d'architecture art nouveau à Strasbourg, Thèse de 1981

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.