Loading...

Maison Egyptienne (Strasbourg)

From Archi-Wiki

10 Rue du Général Rapp

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1905 à 1906
Architecte François Scheyder
Peintre Adolphe Zilly
Structure Immeuble
Courant architectural Art nouveau

Date de ravalement 1995
Peintre Claude Bernhart

Date de ravalement 12/2010
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Maison Egyptienne

Date 1905 à 1906
Architecte François Scheyder
Peintre Adolphe Zilly

Historique de la construction

La maison égyptienne, telle qu'on la nomme à Strasbourg a été commandée par Robert Goeres, tailleur qui y tenait boutique au rez-de-chaussée.

Elle a été conçue et construite par l'architecte-entrepreneur Franz Scheyder. Ce jeune Alsacien de Dachstein alors âgé de trente ans, était un "autodidacte s'essayant à l'Art nouveau"1. Son projet déposé en 1904 ne contient aucune allusion à l'Egypte, le pan central est tout juste décoré.

Le permis de construire est accordé le 8.06.1905 et les travaux prennent fin le 31.07.1906 2. En juin 1906, le peintre Adolphe Zilly débute et achève la peinture de sa fresque.

La maison égyptienne accueille à l'origine, deux appartements par étage : un 4 pièces et un 5 pièces, ainsi qu'un local commercial au rez-de-chaussée pour le commanditaire.

Avant cet édifice aussi original qu'emblématique, Scheyder et Zilly avaient déjà collaboré à la réalisation d’un autre immeuble de rapport : 30 rue Principale à Schiltigheim. Conçu pour un droguiste, il est abondamment décoré de motifs rappelant l'univers de la médecine et de la pharmacie : serpent, objets et plantes médicinales.


Description de la façade

La façade, divisée en 5 travées, est très étirée en longueur et animée par de nombreux décrochements, balcons et garde-corps.

Ce bâtiment témoigne des influences de l'époque, dans l'évocation d'une Égypte ancienne idéalisée. L’Égypte se retrouve dans la grande fresque centrale, dans les pilastres encadrant l'entrée, dans les ferronneries des balcons en forme de chauve souris stylisée, ainsi que dans les dorures. On trouve le même motif de garde-corps "chauve souris", sur un autre immeuble du même architecte au 16 rue de Verdun.

Les pilastres qui limitent cet étroit bâtiment utilisent la brique rouge. Les effets de contraste dans les couleurs des matériaux semblent volontairement recherchés.

Comme dit précédemment, le projet déposé aux services de la ville est dépourvu de décor égyptien.

Dans son commentaire du bâtiment, Shelley Hornstein, auteur d'une thèse sur l'Art Nouveau, note le souci un peu trop poussé d'animer la surface plate dans cette rue étroite3,.


Description de la fresque

Exécutée en 15 jours, la fresque ornant la travée centrale, dans l'axe de la porte d'entrée, représente une scène de chasse aux oiseaux dans les marais. Deux personnages sont représentés au bas de la fresque, sur une barque : un homme tenant un oiseau, ainsi qu'une femme beaucoup plus petite, à côté de lui. Les deux personnages évoluent dans une végétation luxuriante et stylisée. Un oiseau aux ailes déployées et tenant des éventails achève la composition.

Dans son article "Egyptomanie et égyptologie à Strasbourg en 1900" Claude Traunecker présente le bâtiment, la fresque et détaille les deux modèles hypothétiques qui auraient pu en inspirer la création : le plafond du temple de Philaé ainsi que la tombe de Nakht à Thèbes4.

Claude Traunecker rappelle que les bâtiments officiels de la Neustadt ont très peu recours à l'Egypte, et ceci peut être étendu à tous les bâtiments sans se limiter à l'architecture publique. Les travaux de l'Inventaire montrent également que les décors qui renvoient à des cultures exotiques, bien qu'en vogue dans les premières années du XXe siècle, restent rares à Strasbourg5, ce qui fait de la maison égyptienne un bâtiment d'autant plus unique. Une exception notable serait le sphinx, que l'on retrouve à plusieurs endroits de la ville et notamment à l'intérieur d'un bâtiment contemporain de la maison égyptienne : la salle des pas perdus du Palais de Justice.

Plans (issu des Archives de la Ville)

Photographies contemporaines

Ravalement

Date 1995
Peintre Claude Bernhart

L'état exceptionnel de la peinture est l'œuvre d'un artiste local M. Bernhart Claude (36 Faubourg de Pierre) : celle ci a été restaurée en 1995.

Ravalement

Date 12/2010

Des pierres de taille ont été remplacées et d'autres re-sculptées par l'entreprise Meazza [archive].

C'est à nouveau l'artiste peintre et restaurateur d'œuvres d'art, Claude Bernhart, qui s'est occupé des retouches de peinture sur la fresque6.

Références


Bibliographie

-Shelley HORNSTEIN, Tendances d'architecture Art Nouveau à Strasbourg, Université de Strasbourg, 1981, thèse sous la direction de Albert Châtelet.

-Claude TRAUNECKER, "Egyptomanie et égyptologie à Strasbourg en 1900" in Strasbourg 1900, naissance d'une capitale, Somogy Editions d'art, 2000, pages 70-77. L'ouvrage constitue les actes du colloque du même nom qui s'est tenu du 1er au 4 décembre 1999 au MAMCS.

Lien externe

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Krokko

25 months ago
Score 0
bonjour, j'ai habité en face de la maison égyptienne pendant quelques années.un vrai bonheur de regarder cette jolie facade tous les jours.C'était bien avant la restauration des années 1990.

Fabien Romary

60 months ago
Score 0
Effectivement, je viens de changer pour la dénomination initiale qui avait été retenu puis changé par la suite.

Wilfred HELMLINGER

60 months ago
Score 0
Je serais peronnellement favorable à garder la dénomination "maison égyptienne" que tout le monde connaît, plutôt qu'"immeuble égyptien", qui sonne un peu lourd...

Utilisateur anonyme #1

60 months ago
Score 0
Pour la compréhension de la fresque, lire la description de Claude Traunecker, professeur d'Egyptologie à l' Université de Strasbourg.

Utilisateur anonyme #1

60 months ago
Score 0
Franz SCHEYDER a également choisi le motif "chauve-souris" pour la ferronnerie des balcons 16 rue de Verdun, immeuble à l'angle avec le boulevard d'Anvers.

Aw2mw bot

60 months ago
Score 0
Les motifs des balcons représentent des chauves-souris et non pas des scarabés.Le personnage en train de chasser n'est pas le pharaon, il ne porte aucune couronne;c'est un haut fonctionnaire.Zilly s'est sans doute inspiré de la tombe NACKHT du Nouvel Empire.C'est un pastiche.

Fabien Romary

60 months ago
Score 0

Je ne connais pas personnellement l'artiste (restauration des peintures), par contre je vais lui faire un peu de publicité, car je trouve son travail réussi!

M. Bernhart Claude

36 rue du Faubourg de Pierre

67000 Strasbourg

Tél: 03 88 32 27 88

Aw2mw bot

60 months ago
Score 0

Merci pour ces intéressantes informations. Travaillant à Radio Judaïca comme animateur radio, j'étais tombé sur cette façade Egyptienne magnifique en 2010 en me perdant dans le quartier, mais ne l'avais pas retrouvée en fin d'année, en ignorant l'adresse exacte.

Autre vestige Egyptien ou païen qui m'intrigue, une colonne de couleur ocre en forme d'obélisque à la Meinau (portant d'ailleurs l'inscription "Zu Meinau") et portant un Anubis (Dieu Egyptien à tête de chien) un peu mal fait et une autre divinité agenouillée, au croisement entre la Route Du Polygone et celle de la Meinau, près de la station de Tram. Si vous avez des éléments sur celle-ci aussi.

Utilisateur anonyme #1

60 months ago
Score 0

Les pilastres qui limitent cet étroit bâtiment utilisent la brique rouge.

La fresque représente une scène de chasse avec le pharaon accompagné de son épouse , au milieu des lotus et papyrus.Un vautour protecteur, aux ailes déployées termine l'ensemble.