Loading...

Personne:Ernest Weber

From Archi-Wiki

Image principale
Date de naissance 27 novembre 1886
Date de décès 16 avril 1948
Métier sculpteur


Biographie

Sculpteur

Ernest Weber est né avec les trois prénoms Ernst Walter Mathias le 27.11.1886 à Strasbourg, au n° 10, rue de Mutzig (Mutzigergasse 10), fils de Mathias Weber, enseignant (Lehrer) et de Magdalena Weiten. Il est décédé le 16/04/1948 à Munich.1.

Il épouse le 3.9.1912 à Strasbourg Elisabeth Koerner, née le 10.5.1889 à Munich, Bavière, fille de Max Koerner, cocher (Hofkutscher) et de Monika Franziska Kellner, domiciliés à Munich. Les témoins au mariage étaient deux connaissances du mari : - Victor Utard, enseignant (Lehrer), 40 ans, et - Max Erler, relieur (Buchbinder), 26 ans, domiciliés tous deux à Strasbourg. Lors de son mariage, le père d'Ernest Weber était enseignant principal (Hauptlehrer), domicilié 4, rue Welsch (il avait donc sans doute un logement de fonction et enseignait à l'Ecole du Neuhof, située à cette adresse).

Ernest Weber était de confession catholique. Ce détail n'est pas anodin, sachant qu'il est l'auteur de la statue de Saint-Paul, qui se trouve dans l'église protestante Saint-Paul, à Koenigshoffen, dont il avait reçu la commande juste après son mariage, en 1913. On sait par ailleurs que l'architecte Edouard Schimpf était également de confession catholique et profondément croyant. Ernest Weber avait d'ailleurs été sollicité par un autre grand architecte de cette époque, à savoir Fritz Beblo, pour orner d'un relief polychrome représentant "Sainte Madeleine", l'église éponyme en 1912.

En 1919, Ernest Weber réalise conjointement avec Eugène Maechling l'ancien monument aux morts de Gambsheim, tronqué et endommagé par les impacts de balles lors de la Seconde Guerre Mondiale, mais qui a été conservé par la municipalité pour témoigner de la barbarie des guerres.

Le sculpteur a aussi réalisé une statue d'Alsacienne éplorée à Geispolsheim vers 1921, ainsi que l'atteste un document trouvé dans le Fonds Hoffmann, aux Archives de la Ville de Strasbourg. Cette statue existe encore de nos jours, et est située à proximité de l’église Sainte-Marguerite2.

On évoquera aussi la « Mater Dolorosa », ainsi que les médaillons de la Passion, réalisés vers 1920 par le céramiste Léon Elchinger sur un projet d’Ernest Weber pour décorer la chapelle funéraire de la famille Hervé et qui fut réemployé comme monument aux morts dans la chapelle Notre-Dame-d’Altbronn.

Ernest Weber a également collaboré la même année avec Léon Elchinger pour la réalisation en 1920 du Monument aux Morts de Richtolsheim, édifié en 1920 sous la forme d'un édicule devant l'église Saint-Arbogast. Le monument a d'ailleurs été récemment déplacé et sa présentation a complètement changé, mettant ainsi mieux en valeur les reliefs d'Ernest Weber et Léon Elchinger.

On mentionnera encore que Ernest Weber a signé la sculpture ornant le Monuments aux Morts du Cimetière Sud de Strasbourg, monument inauguré en décembre 1921. On trouve par ailleurs dans le même cimetière la tombe de ses parents, qu'il a ornée d'une scène sculptée de la résurrection du Christ. La date de cette réalisation reste encore à préciser. Cette contribution au Monuments aux Morts du plus ancien cimetière du Neuhof n'étonne d'ailleurs qu'à moitié, puisqu'Ernest Weber avait son atelier de sculpture dans le quartier du Neuhof, atelier que son père avait fait ériger vers 1913, sur le terrain d'une maison construite en 1902-1903 au n° 15, rue Riehl par un certain Eugène Klein, et que Matthias Weber, le père d'Ernest, avait acquise vers 1909.

L'oeuvre la plus connue de Ernest Weber est assurément le "Meiselocker", qui se trouve place Saint-Etienne à Strasbourg et qui a été offerte en 1929 par la ville de Munich en échange du "Vater-Rhein", dont les strasbourgeois ne voulaient plus. Le renseignement concernant la belle famille de Ernest Weber est donc ici également intéressant et explique comment un strasbourgeois d'origine a pu être l'auteur d'une statue qui a été réalisée à Munich.

La fiche domiciliaire de l'artiste est formelle: Ernest Weber a quitté Strasbourg pour Munich le 25 novembre 1923. Il s'installe ensuite à Munich ou y décédera le 16/04/1948. Sa dernière adresse connu est Guldeinstraße 24 à Munich (Allemagne)3.

D'autres documents d'archive achèveront peut-être de dresser le portrait de cet artiste: ce sont sa lettre de candidature à un poste de sculpteur à l'Oeuvre Notre-Dame, arrivée à destination le 23.12.1912, lettre accompagnée d'un curriculum vitae (Lebenslauf). On trouvera également un mot de Johann Knauth au professeur Wetzel, enseignant à la Kunstgewerbeschule, sans doute pour lui demander ce qu'il pense de son ancien élève, ainsi que la réponse de ce dernier. Ce dossier, évidemment entièrement rédigé en langue allemande, apportera peut-être une lumière supplémentaire sur la trajectoire de Ernest Weber, lorsqu'il sera déchiffré.

En guise de conclusion provisoire, on dira que , malgré tous ces documents, il restera sans doute toujours une aura de mystère concernant ce "Meiselocker" de Munich ("Meiselocker" était un sobriquet avec lequel les Alsaciens appelaient les Strasbourgeois !), artiste discret, mais doué, si l'on en juge par l'oeuvre qui charme encore les Strasbourgeois et les touristes, place Saint-Etienne...

Sources :

- Etat civil numérisé du Bas-Rhin, Adeloch

- "L'église protestante Saint-Paul, Strasbourg-Koenigshoffen, 1914-2014", sous la direction de Jean Haubenestel, éd. du Signe, 2014

- Fiche domiciliaire, 1920-1940, cote 603MW879, Archives de la Ville de Strasbourg

- Fiche avec photographie, cote 78Z441, in Fonds Hoffmann, Archives de la Ville de Strasbourg.

- Guide des cimetières n° 5 (cimetière Sud et cimetière du Polygone) de la Ville de Strasbourg, 2010, pages 3 et 8.

- "Le patrimoine des communes du Bas-Rhin", éd. Flohic, 1999, page 263.

- « La Chapelle d’Altbronn », Document PDF [archive] , consulté le 15/08/2016

- Site l’inventaire général de la Région Alsace [archive] concernant le momument aux Morts de Richtolsheim, consulté le 25/02/2017.

Adresses liées

Personnes liées

Références

  1. Registre d'état civil de la ville de Munich, Standesamt München IV, 1948 n°827, conservé aux Archives de la ville de Munich
  2. on peut la voir sur Google Street View [archive] et sur une photo sur Wikipédia [archive]
  3. Registre d'état civil de la ville de Munich, Standesamt München IV, 1948 n°827, conservé aux Archives de la ville de Munich

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

Loading comments...