Loading...

Musée Bartholdi (Colmar)

From Archi-Wiki

30 rue des Marchands (Colmar)

Image principale
Chargement de la carte...

Date de transformation environ 1750
Structure Hôtel particulier

Date de transformation environ 1870
Sculpteur Auguste Bartholdi

Date de transformation environ 1979
Structure Musée

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 18/6/1929
Consultez les 7 actualités de l'adresse


Musée Bartholdi

Sculpteur Auguste Bartholdi

En 1834, Auguste Bartholdi est né dans cet hôtel particulier appartenant à sa famille depuis la Révolution.

Historique du bâtiment

"Édifiée au XVe siècle, cette demeure a été remaniée au XVIIIe siècle, puis embellie par Bartholdi lui même à la fin du XIXe siècle". Au milieu du XVIIIe siècle, elle était la propriété de Jean-François Bruges, conseiller au Conseil souverain d'Alsace, auquel on attribue la transformation en hôtel particulier des bâtiments antérieurs. A la fin du XVIIe siècle, l'immeuble est acquis par l' architecte et Stettmeister de Colmar, Etienne Meyer, dont la fille, Catherine Dorothée Meyer, épouse en 1791, le médecin Jean-Charles Bartholdi. Dès lors, il devient la propriété de trois générations de Bartholdi.

Le 25 Juin 1907, "Madame Bartholdi née Jeanne-Emilie Batieux de Puysieux léguait à la ville de Colmar la propriété familiale de la rue des Marchands, à charge pour la ville d'y créer un "musée Bartholdi".

Descriptif architectural

Le visiteur pénètre dans la cour par un passage couvert. Au centre de la cour se dresse les "Grands soutiens du monde". A droite de la cour s'ouvre l'entrée principale du Musée. Elle est ornée d'une porte Renaissance, conçue par Bartholdi avec des éléments du XVIIe siècle rapportés et installés dans la seconde moitié du XIXe siècle lors de travaux de réaménagement de la demeure. La porte est surmontée de trois sculptures en béton moulé, oeuvre de Bartholdi représentant deux lions héraldiques flanquant un bélier à attitude humaine. Au fond de la cour, une porte du XVIIe siècle provient de la rue Vauban. A l'intérieur, le musée occupe trois niveaux et une surface de 700 m2.

Historique du musée

"La décision de créer un musée consacré au célèbre statuaire remonte au 25 juin 1907, lorsque Jeanne-Emilie Bartholdi, veuve de l'artiste, décida de léguer à la ville de Colmar la demeure ancestrale de la rue des Marchands, à charge pour la ville d'y aménager un musée qui abriterait tous les "meubles, oeuvres de sculpture, d'architecture, peintures, gravures, objets d'art, bibliothèque etc ..." se trouvant, à son décès, dans sa maison du 82 rue d'Assas à Paris, adresse de l'ultime appartement et atelier du sculpteur. La veuve d'Auguste Bartholdi décède à Paris le 12 octobre 1914 et la guerre va retarder la création du musée qui ne sera inauguré le 18 novembre 1922.

A compter de 1950, le désintérêt pour des pans entiers de l'art du XIXe siècle, et de la sculpture, eut pour "conséquence première l'affectation de la "salle des maquettes" aux expositions temporaires de peintres régionaux contemporains, et fut cause de la relégation d' un grand nombre d' oeuvres de Bartholdi en divers réduits, non sans dommages et pertes".

En 1960, la baisse progressive et alarmante des recettes d' entrées, fit envisager la désaffectation du musée et le transfert des collections au musée Unterliden. La décision fut prise de fermer le musée.

Après des transformations importantes, l'établissement sera rouvert en 1979.

"Depuis, rafraîchissement et extension des salles d' exposition, restaurations et acquisitions d'œuvres, organisation d'expositions thématiques contribuent au rayonnement de l'art et du nom de Bartholdi".


Les Grands Soutiens du monde3

Date 1902
Sculpteur Auguste Bartholdi

Exposé au Salon de Paris en 1902, le groupe en bronze intitulé "Les Grands Soutiens du monde" fut installé dans la cour du musée Bartholdi en 1909, sur proposition d’Auguste Rubin, un disciple d’Auguste Bartholdi.

Les trois atlantes ou personnages allégoriques qui soutiennent le globe terrestre symbolisent:

- "Le Travail" représenté par un homme d’âge mûr tenant en mains des livres, un marteau et une roue, symbolisant le travail intellectuel et le travail manuel.

- "Le Patriotisme" représenté par un jeune homme, bouclier au côté, armé d’une épée qu’il dégaine et brandissant un étendard.

- "La Justice" représentée par une femme munie d’une balance.

Le musée Bartholdi conserve deux maquettes préparatoires en plâtre de cette sculpture.

Les Grands Soutiens du monde ne sont pas sans rappeler "Les Quatre Parties du monde soutenant la sphère céleste" (1874) de Jean-Baptiste Carpeaux, l’un des ensembles décoratifs de la fontaine commandée par le baron Haussmann, pour le jardin de l'Observatoire.

Salle Bruat

Date 21/3/2016
Sculpteur Auguste Bartholdi

Une petite salle expose la maquette complète du premier projet de la fontaine, les esquisses préparatoires des figures allégoriques et de la statue de l'amiral Bruat et les 4 têtes des allégories.

Les 4 têtes de la fontaine, démolie en septembre 1940, ont été cachées par des colmariens courageux et restituées à la Ville de Colmar à la Libération.

Dans le projet initial de 1856 (maquette exposée dans cette salle), l'amiral Bruat tient une longue vue et une carte dépliée de la Mer Noire, laquelle disparaît lors de la reprise de 1862.

Bartholdi supprimera l'allégorie de l'Europe et la remplacera par celle de l'Océanie.

Pour en savoir plus: vidéo Curio'cité tv7.fr [archive],(lien brisé), La boucle du ceinturon de la statue de Bruat présentée comme "objet du mois" par la Conservatrice du musée en mars 2016.

Statue du Général Rapp

Sculpteur Auguste Bartholdi

En 1940,sur ordre du chef de l'administration civile allemande en Alsace, la statue du Général Rapp fut précipitée à bas de son piédestal, lui même démantelé et elle se fracassa. Des citoyens colmariens en sauvèrent les débris.

En 1946-48, le monument tout entier sera reconstitué. Le musée expose un moulage du buste mutilé, pris lors de la restauration de l'effigie en 1945.4

Le jeune vigneron alsacien

Date 1867 à 1869
Sculpteur Auguste Bartholdi

"En 1867, la municipalité de Colmar souhaite adoucir la sévérité du Marché couvert nouvellement construit, en l'égayant d'une sculpture décorative. Du rets, une niche d'attente avait été aménagée à cet effet, dans l'angle sud-ouest de l'édifice.

Sollicité, Bartholdi exécute une sculpture représentant un jeune" vigneron" savamment dépoitraillé buvant à la régalade..."5

Monument à la Suisse secourant Strasbourg

Date 1895
Sculpteur Auguste Bartholdi

Inauguré à Bâle le 20 octobre 1895, le monument commémore l’action humanitaire des villes de Berne, Zurich et Bâle qui négocièrent, en 1870, la libération des femmes, enfants et vieillards retenus dans Strasbourg assiégée par l’armée prussienne. Le groupe sculpté comprend huit figures. Disposées face avant du monument, les quatre figures allégoriques principales symbolisent la Ville de Strasbourg (le personnage féminin central) et l’Innocence (l’enfant nu), placées par la Charité (l’ange) sous la protection de la Suisse (le personnage féminin de droite) qui les accueille sous l’égide de la Croix Rouge. Elles dissimulent les quatre figures disposées face arrière du monument : un adolescent blessé ; une mère et ses deux enfants.6


Le Monument de Strasbourg «avant-après», saga de deux restaurations

Date 2015
Sculpteur Auguste Bartholdi

Au dernier trimestre 2015, une exposition temporaire présente la campagne de restauration du monument effectuée en 2014: étapes de la restauration, techniques et problématiques.

A Bâle, le monument a été restauré par les Ateliers de restauration Dr. Pfanner, Munich.

L'exposition fait un parallèle est avec la restauration de la maquette entreprise pour l'exposition.

«La restauration ne permet pas uniquement de "réparer" l'oeuvre traitée. Elle permet aussi de retracer son histoire, de découvrir les techniques utilisées, voire d'étayer certaines hypothèses émises par les historiens».

«A Colmar, le nettoyage de la maquette en plâtre du musée Bartholdi a révélé des inscriptions mystérieuses tracées à la main par Bartholdi.» 7

Inscription sur la liste supplémentaire des Monuments Historiques8

PA00085403
Date 18/06/1929


"Deux portes du 17e siècle : inscription par arrêté du 18 juin 1926"

Références

  1. Agenda 2004 de la ville de Colmar (Livre), Bartholdi- le Colmarien qui éclaira le monde, page 21, version PDF en ligne [archive], consulté le 6/04/2017
  2. d'après la notice de Régis Hueber, p 21 de l'agenda 2004 de la Ville de Colmar
  3. Agenda 2004 de la ville de Colmar. (Livre) pages 66-67, téléchargeable en PDF [archive], consulté le 23/01/2019
  4. cartel du musée.
  5. cartel accompagnant le bronze exposé au Musée Bartholdi.
  6. site internet du musée Bartholdi, visité le 23/03/2016, Flrilège d'oeuvres.
  7. texte figurant sur un panneau de l'exposition
  8. Notice Mérimée n°PA00085403 [archive], consulté le 24/10/2018

Sources

- Le Patrimoine des Communes du Haut-Rhin (page 196).

- Vidéo montrant les oeuvres de Bartholdi présentes à Colmar: "Bartholdi, la passion d'une ville" [archive]

-Visite virtuelle du musée: Visite virtuelle du musée, panorama à 360% [archive], sur le site internet du Musée Bartholdi, [archive] consulté le 29/01/2017.

- Musée Bartholdi, 1985, Pierre Burger

  • Jean Marie Schmitt.

- Agenda de la ville de Colmar, année 2006 [archive], pages 28-29 138 à 141.

- Site internet,Chemins de la mémoire [archive], Musée Bartholdi, consulté le 29/01/2017.

- Panneaux de l'exposition visitée le 6 septembre 2015.

- Le Point colmarien (revue municipale) de mars 2015.

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jocelyne BOES

31 months ago
Score 0

Visite virtuelle du musée avec panorama à 360°.

Site internet du Musée Bartholdi: http://www.musee-bartholdi.fr/ [archive]