Loading...

Adresse:7 rue Edouard Teutsch (Strasbourg)

From Archi-Wiki

7 rue Edouard Teutsch

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1902 à 1903
Architecte Waldemar Osterloff
Structure Immeuble
Courant architectural Jugendstil
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Immeuble1

Date 1902 à 1903
Architecte Waldemar Osterloff

Historique de la construction

Le dossier de la Police du Bâtiment conserve plusieurs courriers et demandes de permis de construire avec les noms d'Otto Back et d'Osterloff.

Osterloff dirigeait à Strasbourg l'entreprise de construction d' Otto Back (son professeur à l'Ecole Polytechnique de Karlsruhe )

Les plans, en très mauvais état de conservation, sont signés Waldemar Osterloff en septembre 1902. Cet immeuble est la première réalisation connue de Waldemar Osterloff à Strasbourg. Il logea à cette adresse.

Permis accordé le 26.12.1902 et fin des travaux le 17.12.1903.

En 1985, Alex Osterloff dépose une demande de permis de construire pour installer un ascenseur (façade côté cour).

Description architecturale

L'immeuble compte cinq travées, deux travées encadrant celle du milieu. Le rez de chaussée en pierre contraste avec les étages en briques orange.

La porte d'entrée est désaxée et s'intègre sous l'encorbellement des étages. "La porte piétonne au bâti dormant vitré, apporte une finesse et une légèreté à la surcharge du dessus."

Les meneaux des fenêtres des logettes du premier étage deviennent des colonnes à fût pour supporter les balcons. Au troisième étage, ces colonnes sont chapeautées par un chapiteau stylisé en boules. On retrouve ce motif en boules sur les meneaux du deuxième étage.

Les baies du troisième, de chaque côté des balcons s'ornent d'un arc en anse de panier avec un motif floral stylisé sur le linteau.

Osterloff a été formé à Fribourg et à Karlsruhe d'où l'importance de la ligne rectiligne.

Cet immeuble possède plusieurs attributs qui caractérisent les immeubles art nouveau : consoles ondulantes des balcons, terminaisons en forme de légumes des balcons, contours des fenêtres cintrées de fleurs ondulantes, et enfin deux beaux pignons élancés qui couronnent les balcons effilés portant oriels.

Des détails ont été repris par Lütke et Backes au 23 rue Oberlin et au 56 allée de la Robertsau.

L'autrice S. Hornstein note dans son commentaire sur cet édifice « ... on relève des influences nettement néo-flamandes qui semblent avoir fortement marqué Osterloff... puis « La formation à Karlsruhe est nettement ressentie par l'inspiration des détails caractéristiques à Hermann Billing»2.

Documents d'archives

Photos contemporaines

Autres vues sur cette adresse

Lien interne

- Villa Osterloff, 10 rue des Arquebusiers

Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 776W104
  2. HORNSTEIN_SHELLEY_(Thèse_1981)_(Livre) Hornstein Shelley, Tendances d'architecture art nouveau à Strasbourg, Thèse de 1981, pages 337-39