Loading...

10 rue Frédéric (Strasbourg)

From Archi-Wiki

10 rue Frédéric

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1892 à 1893
Architecte Carl Steffgen
Structure Maison

Date de transformation 1926

Date de transformation 1929
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1892 à 1893
Architecte Carl Steffgen

Le maître d'oeuvre et maître d'ouvrage de cette maison, symétrique du n°12 , est l'architecte Carl Steffgen. Il était à l'époque domicilié au n° 6, rue du Jeu de Paume (Ballhausgasse) et avait une fonction de contrôleur des travaux de constructions à la Ville (Städtische Bauführer).

L'autorisation de construire est donnée le 4.9.1892. La fin des travaux a lieu le 17.4.1893.

On notera le médaillon au centre de la façade, sur lequel le dossier est malheureusement muet. On se reportera à ce sujet à la fiche du n° 12, où l'on découvrira qu'il s'agirait du portrait du père du propriétaire commanditaire de cette dernière maison.

Vues anciennes (vers 1900)

Vues récentes et documents d'archives

Transformation1

Date 1926

Le 13.8.1926, Antoine Fischer, le propriétaire de l'époque reçoit l'autorisation pour surélever la façade postérieure de sa maison. Ce qui n'aura pas d'incidence sur l'aspect de la façade sur rue.

Transformation1

Date 1929

Le 11.3.1929, Hugues Fischer, le propriétaire de l'époque, reçoit l'autorisation pour aménager un garage dans la cave de la maison. Les travaux sont terminés le 22.10.1930. Cette fois, les travaux modifient considérablement l'aspect de la façade sur rue...

Information 2

Date 1985

Aspect en 1985. La photo a été réalisée à l'occasion de travaux engagés par le voisin du n° 12 rue Frédéric, et est donc extraite du dossier de ce dernier immeuble.

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

37 months ago
Score 0
Non, là j'ai fait erreur : le maître charpentier est le père de Joseph Greff. Je n'ai rien trouvé concernant le père de Carl Steffgen, qui n'est ni né, ni marié, ni décédé à Strasbourg. Même la fiche domiciliaire est muette à ce sujet.

Wilfred HELMLINGER

37 months ago
Score 0
Effectivement ! D'autant que les deux médaillons, qui pourraient être plus anciens, sinon d'origine, sont situés tous deux au centre des façades. En fin de compte, si Joseph Greff avait tenu à honorer son père, peut-être que Carl Steffgen en a fait autant, d'autant que le père de ce dernier était maître charpentier ! J'ai vérifié dans les annuaires de Strasbourg : Carl Steffgen a habité le n° 10 rue Frédéric au moins jusqu'en 1914. Il faut juste préciser que le n° 10 portait auparavant le n° 2, et le n° 12 portait auparavant le n° 4. Mais cela ne joue pas de rôle concernant les médaillons. Je pense qu'on a quand même bien avancé à présent. Merci pour vos remarques !

S R.

37 months ago
Score 0
Il n’y a qu’un seul médaillon dont on peut affirmer avec certitude qu’il date de 1928 ou un peu après, c’est celui de Joseph Greff. Les deux autres qui ont des crossettes dans les angles et qui sont anonymes peuvent très bien avoir été insérés au moment de la construction, car la date 1928 du médaillon de Joseph Greff ne concerne normalement que celui-ci.

Wilfred HELMLINGER

37 months ago
Score 0
Votre observation de la différence de physionomie des deux portraits du père présumé de Joseph Greff est très pertinente, et dépasse même la simple coiffure ! D'ailleurs, s'il fallait trouver des ressemblances "père", "fils", ce serait plutôt entre le portrait de Joseph Greff et le portrait de l'homme sur la façade du n° 10 que je pencherais. Mais voilà un autre problème, auquel j'avais pensé de suite, mais que je n'avais pas voulu évoquer : Carl Steffgen a quitté l'Alsace, sans doute définitivement, le 8.11.1919 (voir sa fiche domiciliaire). Il y a donc, de toutes façons, un problème, puisque les médaillons datent forcément de 1928 ou après...

S R.

37 months ago
Score 0

Finalement, les deux médaillons qui ont le même décor représenteraient donc tous deux le père de Joseph Greff...

Je trouve cela étonnant, car même si la disposition et la décoration de ces deux médaillons est la même sur chaque façade, ce qui indique qu’ils datent normalement de la même époque, les deux têtes ne sont pourtant pas vraiment identiques. Une observation attentive permet de remarquer qu’elles ne sont pas coiffées de la même manière. On peut d’ailleurs se demander l’intérêt qu’il y aurait eu pour l’architecte de mettre le portrait de profil du père de son voisin, s’il est déjà représenté sur la façade de ce dernier. A mon avis, si le médaillon anonyme du n°12 représente bien le père de Joseph Greff, il est plus probable que le médaillon du n°10 représente le père de l’architecte Steffgen.