Loading...

31 rue des Serruriers (Strasbourg)

From Archi-Wiki

31 rue des Serruriers

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1750
Architecte Georges Michel Muller
Structure Immeuble
Courant architectural rococo

Date de ravalement 2011
Structure Hôtel
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1750
Architecte Georges Michel Muller

Maison du négociant Janin, à l'angle de la rue des Serruriers et de la rue du Miroir.

La façade est haute de trois étages, plus un étage mansardé et des combles. La façade côté rue des Serruriers possède sept fenêtres par étage, tandis que celle vers la rue du Miroir en possède six. Un balcon surmontant l'entrée occupe les trois travées centrales du premier étage de la façade vers la rue des Serruriers. Trois mascarons ornent les baies de part et d'autre du balcon au rez-de-chaussée et la baie centrale au premier étage2.

La façade est un prototype de rococo : fenêtres à appuis et entablements ondulants1

L'immeuble est actuellement occupé par l'hôtel Gutenberg [archive].

Café viennois en 1890

Date 1890

Publicité de 1890 pour le café viennois situé à cette adresse, et qui met en avant l'aménagement intérieur dans "le plus élégant style rococo Louis XV".

Ravalement

Date environ 9/2011 au 10/2011

Le ravalement a débarrassé la façade vers la rue des Serruriers de l'enduit qui cachait une partie des pierres de taille.

Après le ravalement

État 2020

Lien externe

- En savoir plus sur les mascarons sur judrand.com [archive]

Références

  1. a et b Balades Strasbourgeoises (Livre)
  2. Les Mascarons de Strasbourg [archive] Brigitte Parent, Les Mascarons de Strasbourg, "Serruriers (rue des) n°31", consulté le 4/8/2020

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jean-Michel Wendling

58 months ago
Score 0
La Ville vend en mai 1749 au marchand Antoine Janin et à sa femme Marie Violand plusieurs anciens bâtiments qui faisaient partie de l’ancienne Chancellerie (boutique de blanchisseur, cave aux archives, rues du Miroir et des Serruriers, ainsi qu'une maison occupée par le sergent de la Chancellerie). En septembre, le maître maçon Georges Michel Müller est autorisé par des directeurs du bâtiment à poser et à tailler des pierres place Saint-Thomas pour la maison qui appartient à Janin.

Fabien Romary

58 months ago
Score 0

Merci pour vos précisions. Je suis d'accord avec Wilfred, vous devriez mettre directement vos commentaires dans les articles, cela enrichirait nos fiches. Les commentaires sont plus destinés aux informations subjectives ou non sourcé.

Par contre il faudrait indiqué vos sources si vous insérer des articles, même s'il s'agit d'une synthèse.

Merci pour votre participation régulière!

Joël DURAND

58 months ago
Score 0

Bonjour,

En réponse à votre message mon commentaire est une synthèse de plusieurs sources, mais si vous voulez parler de l'identification des masques de pierre, je vous recommande la lecture du dictionnaire du patrimoine de Jean-Marie Pérouse de Montclos et de Brigitte Parent, qui est remarquable sur certains points de vue de détails entre autres. (parution en fin d'année dernière - La Nuée Bleue)

Wilfred HELMLINGER

58 months ago
Score 0
Une suggestion : pourquoi ne pas insérer vos commentaires dans le corps des notices ? Ce serait plus agréable à lire. Une question : quelle est votre source ? Sauf erreur, je ne l'ai trouvée nulle part.

Joël DURAND

58 months ago
Score 0
Avant la construction actuelle qui date de 1749-1750, l’endroit était occupé par plusieurs maisons d’artisans qui étaient adossées directement à l’antique chancellerie. Le vaste immeuble que l'on voit aujourd’hui a été construit par Georges-Michel Muller pour le négociant Antoine Janin, d’où son nom de maison Janin.La très belle façade propose trois étages, dont l’ornementation se dépouille progressivement au fur et à mesure que l’on s’élève. Au rez-de-chaussée, de part et d'autre de la porte d'entrée, masque de Flore à gauche et de Céres à droite en clé de cintre des fenêtres. Le premier étage s’enrichit d’un balcon en ferronnerie qui dessert trois fenêtres, dont celle du centre est ornée d’une tête sculptée de Mercure sur sa clé de cintre.