Loading...

11a rue du Fossé-des-Treize (Strasbourg)

From Archi-Wiki

11a rue du Fossé-des-Treize

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1932 à 1933
Architecte Maurice-Théo Scharf
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1932 à 1933
Architecte Maurice-Théo Scharf

Immeuble de rapport du début des années 1930 avec des commerces au rez-de-chaussée, dont la physionomie tranche avec l’architecture postéclectique encore parfois en vigueur et qui constitue un bon témoignage de la transition vers l’architecture moderne.

L'usage abondant du béton pour les encadrements de fenêtres, ainsi que la décoration des meneaux qui séparent les fenêtres sont typiques de l’architecture de cette période. Le puissant pignon carré dans la travée centrale, ainsi que les faux-chapiteaux qui semblent couronner des pilastres imaginaires, accentuent encore la verticalité de l'édifice.

La nouvelle construction prend la place d’une ancienne construction démolie à la date du 26.1.1932.

L’auteur des plans de la nouvelle construction et directeur des travaux est l’architecte Maurice Théo Scharf, situé à l’époque au n° 36, rue du Faubourg de Pierre.

Le maître d’ouvrage est La Société Immobilière de construction, représentée par l’architecte.

L’entreprise de construction est la Maison Martin et Brion, située au n° 11, rue Sainte Aurélie, qui dresse la note de calculs.

L’autorisation de construire est accordée le 2.1.1932, avec un avenant du 17.2.1932.

La réception finale date du 13.4.1933.

Information 2

Date environ 1936

D'après les annuaires d'adresses de Strasbourg, le magasin du marchand de machines à écrire Charles Thomas a occupé une partie du rez-de-chaussée de l'immeuble dès le milieu des années 1930 (première mention dans l'annuaire de 1936) et au moins jusqu'à l'année 1953 (dernier annuaire en ligne disponible).

Pendant la période allemande, son commerce s'est poursuivi, et il a vendu du matériel de fabrication allemande, comme cette petite machine "GROMA", fabriquée par G.F. Grosser, qualifiée d'élégante et d'un autre qualificatif plus difficile à traduire, mais qui pourrait être une allusion à sa robustesse (die elegante, Strapazierfähige Schreibmaschine).

Information 3

Date environ 1941

Très belle photo datée d'environ 1941, contenue dans le dossier de la Police du bâtiment.

Autres vues sur cette adresse

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jean Paillot

31 months ago
Score 0

A noter qu'il n'y a pas de numéro 13 dans la rue, le 11a le remplaçant (probablement par superstition).

En 1936, cet immeuble vit l'installation du cabinet de Maîtres André Braun et Simon Braunschweig, qu'ils quittèrent lors de l'évacuation de la ville en 1939.