Loading...

Personne:Gustave Adolphe Beyer

From Archi-Wiki

Image principale
Date de naissance 8 septembre 1825
Date de décès 16 novembre 1898
Métier architecte


Biographie

Architecte

Gustave Adolphe Beyer est né le 8.9.1825 à Fénétrange, fils de Emmanuel Frédéric Beyer, pasteur à Fénétrange de 1820 à 1852, et de Caroline Piton, parente de Frédéric Théodore Piton (1800-1871), célèbre libraire-éditeur, bibliothécaire et historien, auteur de l’ »Histoire imllustrée de Strasbourg et de ses environs » (1855).

Il a épousé le 27.10.1852 à Strasbourg Louise Elisa Borrst, fille de Jean Gustave Borst, propriétaire et de Salomé Frédérique Goergen.

Il décède le 16.11.1898 à Strasbourg (le décès est déclaré par Albert Beyer, négociant).

D’après l’excellente étude de Fabien Baumann-Gsell, qu’on trouvera en source, Gustave Adolphe Beyer a d’abord travaillé dans le bureau des travaux de la Ville de Strasbourg, en 1843-1844, sous la direction de l’architecte municipal Félix Fries. Après quoi, il a complété sa formation à Paris et a fréquenté pendant au moins deux ans l’Ecole des beaux-Arts et divers ateliers en compagnie de Jean-Geoffroy Conrath, futur architecte de la Ville de Strasbourg.

Toujours d’après la même source, il a ensuite été employé comme conducteur de travaux à la ville de Paris, puis a quitté la capitale pour s’installer à Strasbourg vers 1851 et mener à son propre compte, jusqu’en 1865, une carrière d’architecte-entrepreneur. C’est alors qu’il construit de nombreux immeubles privés, dont le n° 8, rue de Sébastopol (dans lequel il réside), ainsi que le n° 9, quai Kléber et le n° 9, place Broglie.

On trouve d'ailleurs l’architecte Gustave Adolphe (ou simplement prénommé Gustave) dans l'annuaire d'adresses de Strasbourg dès 1874, et dans la rubrique professionnelle des architectes des annuaires des Archives à partir de 1878 à sa mort, situé au n° 8, rue de Sébastopol. C’est donc bien lui qui a édifié cet immeuble où il a résidé durant toute sa carrière . On n’est d’ailleurs pas surpris de ce fait, en voyant le soin donné à la façade néo-classique, avec ses nombreux pilastres, ainsi qu’au vu de l’emblème au-dessus de la porte : triangle + compas avec feuille de papier et des initiales qu’on peut y lire.

Mais Fabien Baumann-Gsell révèle aussi que la carrière d’architecte de Beyer a vécu un tournant après 1871, lorsque l’Alsace s’est retrouvée dans le giron allemand. Dès cette date, en effet, les autorités allemandes ont procédé à la réorganisation administrative, et ont nommé des architectes agréés, successeurs des architectes d’arrondissement. Sollicité par plusieurs communes pour des travaux, Beyer dépose alors sa demande de poste d’architecte agréé en juin 1872 et obtient du président de district la circonscription d’Erstein vers l’automne de la même année. Beyer refuse de se domicilier à Erstein, arguant qu’il lui faut assurer correctement l’instruction de ses enfants, ce que l’administration admet à contre cœur.

C’est alors que Beyer poursuit pendant une quinzaine d’années sa carrière d’architecte au service des communes rurales dans la circonscription d’Erstein. Selon Fabien Baumann-Gsell, la liste connue des édifices construits par Beyer entre 1872 et 1885 dans le « Kreis » d’Erstein est sans doute largement incomplète et mériterait une étude systématique commune par commune, dans les cantons de Benfeld, Erstein, Obernai, Geisposlheim et Illkirch-Graffenstaden. Il donne cependant déjà une liste conséquente de ces travaux. Parmi ses réalisations, figurent en particulier trois synagogues, celles de Gerstheim (1873-1874), Benfeld (1875) et Duppigheim (1876-1877). Mais Beyer a également construit la marie-école de Hindisheim (1881-1882), le tribunal cantonal de Benfeld (1879-1880), l’abattoir municipal de Benfeld (1876-1877), le presbytère de Westhouse (1876), l’église catholique d’Obenheim (1879), le clocher de l’église de Kogenheim (1880), les dépendances du presbytère de Herbsheim (1876) et a aménagé le cimetière de Sermersheim (1875).

Concernant la synagogue de Benfeld, il s’agit d’un agrandissement d’un édifice déjà existant, et elle témoigne du courant « orientalisant » alors en vogue en Europe. Elle est devenue un des fleurons architecturaux de la ville de Benfeld et est aujourd’hui inscrite à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques (8.10.1984). L’édifice est modeste à l’extérieur mais très soigné à l’intérieur et a été exécuté selon le plan de Beyer par l’entrepreneur Raphaël Cahn, de Benfeld.

Par la suite, il semble que l’architecte Beyer a encore eu une activité comme « Baurat ». L’ouvrage Strassburg und seine Bauten, 1894, cite en effet page 524 le « Baurath » Beyer, comme ayant supervisé en 1889-1890 le « Hilfslazareth » à Cronenbourg, construit par l’architecte du gouvernement Kirchner. Il est également cité, en page 531, cette fois comme « Garnison-Bauinspektor », comme ayant supervisé la construction de la « Margarethen-Kaserne », située dans le secteur des rues de Molsheim, Wasselonne, Rosheim et Sainte Marguerite. Celle-ci a été construite par l’architecte du gouvernement Stabel. On ne trouve pas de date, mais c’est probablement aussi autour de 1890. Il est enfin encore une fois question de lui, page 662, concernant le « Korps-Bekleidungsamt », près du quai Lezay-Marnésia, sans pouvoir préciser, vers 1887-1889. Il est cité à nouveau comme « Garnison-Bauinspektor », avec Lilienstern. La construction a été assurée par l’architecte de gouvernement Von Bandel.

Enfin, selon l'Inventaire du Patrimoine en Alsace, c'est Gustave Adolphe Beyer qui était le maître d'oeuvre du bâtiment de l'ancienne mairie de Schiltigheim, située au n° 57, rue Principale.

En conclusion, il s’avère qu’aujourd’hui l’architecte Gustave Adolphe Beyer serait resté dans l’ombre ou même resté quasiment un inconnu si des chercheurs comme Fabien Baumann-Gsell n’avaient pas braqué leur projecteur sur lui, en quoi nous exprimons ici nos remerciements, car une part essentielle de cette biographie n’aurait pas pu être rédigée sans ses recherches. .

Sources et références :

- Fabien Baumann-Gsell : Les synagogues de l’architecte Gustave Adolphe Beyer dans le Kreis Benfeld (1870-1880), Annuaire 2007 de la Société d’Histoire des Quatre Cantons.

- Strassburg und seine Bauten, 1894, dont les notices ont été déchiffrées et interprétées, sans garantie !

- Etat civil numérisé du Bas-Rhin.

Adresses liées

Personnes liées

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.