Loading...

Villa Mathis (Kreuzweg, col du)

From Archi-Wiki

D425

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1935
Architecte Armand Albert Rateau
Structure villa

Date de transformation environ 2006
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Villa Mathis

Date 1935
Architecte Armand Albert Rateau

Villa située au col du Kreuzweg entre le Hohwald et Breitenbach, appelée Villa Ouragan à l'origine. La villa a été construite pour Emile Mathis, constructeur automobile à Strasbourg, qui s'en servait de résidence secondaire et de lieu de réception1.

Historique2

1930: Construction d'une villa de 1600 m² pour Emile Mathis, constructeur automobile

1953: Colonie de vacances pour les enfants des mineurs de Forbach

2002: rachat de la villa par la communauté des communes du Val de Villé

2005: location à une banque qui en fait un centre de formation

2006: location à Catherine Comau, qui transforme la villa en hôtel

2011: achat du bâtiment par Catherine Comau

D'après une autre source, le bâtiment n'a été conçu qu'en 1935 par l’architecte et décorateur parisien Armand Albert Rateau, mort trois ans plus tard, en 19383. Il s’agirait de sa dernière œuvre architecturale3.

Descriptif architectural

Les façades du bâtiment, pauvres en ornements, contribuent à lui donner une allure moderne, mais la villa ne renie pas la tradition classique. La façade d’entrée de la villa, orientée vers le nord, est symétrique et possède un avant corps large de trois travées de fenêtres. Une corniche fortement saillante sépare le premier et le deuxième étage, faisant ainsi référence aux attiques de l’architecture classique. La façade sud possède une rotonde centrale, que l’on retrouve sur certains châteaux du XVIIIe siècle4.

Des documents très utiles pour se rendre compte du projet de l'architecte et de l’aspect d’origine de la villa, comprenant deux plans du rez-de-chaussée dessinés avec la représentation du parc, et deux photographies anciennes sont visibles sur un site de vente aux enchères3.

Les deux photographies d’époque montrent que les garde-corps des balcons étaient très sobres et évoquaient les garde-corps de bateaux avec leurs lignes horizontales. Ceux visibles actuellement ne sont pas d’origine mais y ressemblent. Des fenêtres à guillotine se trouvaient par ailleurs au rez-de-chaussée côté jardin. La rampe d’accès à la villa était délimitée par des garde-corps en maçonnerie et non en ferronnerie comme c’est le cas actuellement, ce qui donnait un aspect plus fluide à la rampe de l’entrée. Par ailleurs, la toiture semblait être plate, alors qu'actuellement elle est en pente.

Les deux plans du rez-de-chaussée dessinés avec l'ensemble de la propriété montrent que le projet s’inspire aussi des châteaux du XVIIIe siècle pour la distribution intérieure et pour la composition symétrique du parc, avec un grand bassin rectangulaire situé dans l’axe à l'arrière de la villa. Cette piscine n’existe pas actuellement et n’est pas non plus visible sur une vue aérienne de 19515, ce qui permet de supposer qu’elle n’a jamais été réalisée.

Une photo de l’intérieur visible sur le site de la villa Mathis montre qu’un escalier en bois aux lignes modernistes a été conservé6.


Exposition7

Date 8/10/2015

Une exposition permanente consacrée à Emile Mathis se tient dans les salons.

Références

Annexes

Liens externes

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.