Loading...

Le Parc d'Ober (Strasbourg)

From Archi-Wiki

1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 10, 12, 14 rue Marivaux et 231 route d'Oberhausbergen

Image principale










Chargement de la carte...

Date de construction 1982 à 1987
Architecte Albert Georges Mehl
Promoteur Claude RIZZON
Agence d'architecture Agence AGM Architecture
Structure Immeuble
Courant architectural Postmodernisme
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Le Parc d'Ober

Date 1982 à 1987
Architecte Albert Georges Mehl
Promoteur Claude RIZZON
Agence d'architecture Agence AGM Architecture

Cet ensemble résidentiel forme un micro-quartier un peu à l'écart, situé au sud-ouest de Cronenbourg, à la lisière nord avec le quartier de Hautepierre. Les immeubles situés au sud ont leurs fenêtres donnant sur Hautepierre.

Les immeubles sont délimités par la route d'Oberhausbergen au nord et l'Avenue Molière au sud. La rue Marivaux est une voie dédiée pour la desserte du quartier, elle fait cependant partie de l'espace public.

L'ensemble comporte six bâtiments et neuf entrées.

De l'autre côté de la route d'Oberhausbergen se trouve un agréable parc dénommé Square du Lazaret de Cronenbourg, permettant une vue dégagée aux logements situés de ce côté de la route (façade située côté nord-est).

De nos jours la copropriété est dégradée et mériterait une rénovation d'ensemble.

Consultation des dossiers d'archives

La première réunion en vue de l'édification du « Parc d'Ober » date du 4 décembre 1980. Elle a réunit principalement la SERS, la CUS, le promoteur la société Claude Rizzon et l'architecte Mehl (société Atelier 2M)1.

A l'origine du projet 225 logements étaient prévus. On apprend par la SERS lors de cette réunion que le projet a reçu l'agrément de Pierre Vivien, l'architecte-urbaniste du quartier de Hautepierre. L'architecte n'est cependant par présent lors de la réunion1.

Le projet se compose de six bâtiments (A, B, C, D, E, F) de trois étages plus combles sur deux hectares. Une rue sera créée au sein de l'opération (actuelle rue Marivaux) en vue d'être classée dans le domaine public.

Le stationnement est en sous-sol ainsi qu'en surface.

Le projet prend place dans le cadre de la ZUP Hautepierre, au nord des mailles Catherine et Karine.

Le permis de construire est déposé le 6 février 1981 par la société SOLORIM (Le Parc d'Ober) représenté par M. Claude Rizzon. Le permis comprend bien six bâtiments mais plus que 216 logements. Il est accepté par la Ville de Strasbourg le 13 mai 19812.

Le 3 juin 1981 le permis est transféré à la SCI Le Parc d'Ober toujours représenté par M. Claude Rizzon. Un nouveau permis est déposé suite au transfert du nom, il est accepté le 1er juillet 1981.

Les travaux de construction ont débuté en avril 19822.

Adresse Bâtiments Date d'achèvement
rue Marivaux Stationnement sous-terrain 11/1983
6-8 rue Marivaux, 231 route d'Oberhausbergen A 1987
14 rue Marivaux B 1984
1 rue Marivaux C 1985
3, 5 rue Marivaux D 1985
2, 4 rue Marivaux E 1983
10, 12 rue Marivaux F 1987

Remarques :

Nous avons retenu dans le tableau ci-dessous les années d'achèvement des immeubles, c'est à dire le moment où les immeubles étaient terminés et habitables3. Ces dates ne correspondent pas forcément à la remise des certificats de conformité délivrés par la Ville.

Les certificats de conformité pour les bâtiments C et D ont été délivrés en date du 27 novembre 19853. Les certificats de conformité pour les bâtiments A, B, E et F sont remis le 21/04/1989 bien que les bâtiments soient achevés depuis plusieurs années4.

Avenant n°1 (accepté)2

Dès le 25 juin 1982, dans un courrier signé de l'architecte AG. Mehl un avenant au permis de construire est demandé pour la modification du plan de masse du bâtiment E. L'avenant concerne la diminution des surfaces habitables des logements pour créer des F1 et ainsi avoir plus de logements. Certains 3 pièces sont modifiés en 2 F1. Le promoteur souhaite s'adapter à la demande du marché immobilier.

L'avenant modificatif n°1 est déposé le 16 juin 1982 et accepté en octobre 1982.

Avenant n°2 (refusé)5

Un nouvel avenant modificatif (n°2) est demandé le 10 juillet 1983. La demande concerne la modification des plans des bâtiments A, B, C, D, F. Le promoteur demande à la Ville par le biais de son architecte d'augmenter le nombre de logement, en passant de 174 à 256 logements soit 303 logements en comptant ceux du bâtiment E. Le motif de la modification des surfaces est toujours l'adaptation du programme au marché immobilier.

Le nombre de parking requis augmente en conséquence mais il manque 17 places de stationnement. Le promoteur demande une dérogation qu'il n'obtient pas. L'avenant est refusé en date du 19 octobre 1983.

On notera que depuis juillet 1983 le nom de l'agence d'architecte a changé, il s'agit maintenant de AGM Architecture, représenté toujours par le même architecte A.G. Mehl.

Avenant n°2b (isolation thermique) (accepté)5

Un nouvel avenant (n°2b) est demandé en date du 18 janvier 1984, il ne concerne que la modification du bâtiment B, en vue d'améliorer les performances thermiques. Une nouvelle isolation constituée d'un bardage en ardoise Eternit est prévue au dernier étage (3ème), de même couleur que la toiture. Les autres façades seront isolées par l'extérieur sans changement esthétique par rapport au permis de construire.

L'avenant n°2b est accepté le 30/03/1984. La construction de l’immeuble B étant achevée depuis février 1984, l'avenant régularise la situation pour l'obtention du certificat de conformité.

Le parking sous terrain et le bâtiment E sont achevés en mai 1984. La déclaration d’achèvement des travaux pour le parking sous-terrain date du 3 novembre 1983

Avenant n°3 (refusé)5

Un nouvel avenant (n°3) est demandé en date du 7 décembre 1984 concernant les bâtiments C et D. Le promoteur souhaite passer de 58 à 87 logements. Les façades sont légèrement modifiées au niveau du positionnement des fenêtres.

L'avenant n°3 est refusé toujours en raison du manque de stationnement.

Avenant n°4 (accepté) modification des surfaces6

En date du 28 juin 1985 l'architecte fait une nouvelle demande d'avenant modificatif (n°4). La demande concerne les bâtiments C, D, A et F. Toujours pour des raisons de commercialisation, le promoteur souhaite réduire la taille des logements. Les deux pièces seraient transformées en une pièce. Les façades resteraient quasiment identiques.

La demande est acceptée par la Ville en date du 30 août 1985.

Le promoteur envoie ses demandes d'attestation d'achèvement des bâtiments C et D le 12 septembre 1985. Les attestations de conformité pour ces bâtiments sont datées du 16 octobre 1985 par la Ville.

Avenant n°5 (accepté) modification des parkings6

La nouvelle demande d'avenant (n°5) au permis date du 20 septembre 1985. Elle concerne principalement la création de parkings en surface.

L'architecte propose de créer de nouveaux parkings en surface, en plein air, mais couverts à l'aide pergolas en bois. Les parkings sont groupés par deux devant les bâtiments. Au total 270 places de parking sont prévues réparties comme suit : 94 places en sous-sol 36 places en sous-sol pour le seul bâtiment A 140 places en surface dont 14 places accessibles aux handicapés et 3 aires de lavage

La demande est acceptée par la Ville le 26 novembre 1985.

Une dernière demande d'avenant (n°6) est effectuée le 15 décembre 1987 mais pour des modifications mineures.

Descriptif

Ensemble d'immeubles de style postmoderne. Plusieurs motifs géométriques sont récurrents. Le fronton du n°6 est par exemple coiffé d'un carré en biais. Les balcons ou garde-corps possèdent des ferronneries avec motif en croix de Saint-André. Les cages d'escaliers sont vitrées et visibles depuis la rue. Le vitrage est constitué de panneaux en verre placés verticalement. La partie supérieure des cages d'escalier est coiffée d'un motif en escalier évoquant une forme récurrente dans l'Art déco.

Les lucarnes en toiture sont légèrement en saillie, scandent les façades et leur donnent une modernité assumée. Les toitures sont à deux pans, de style traditionnel et contrastent avec celles de Hautepierre situé à proximité et dont les toitures sont en toit-terrasse.

Parmi les éléments postmodernistes on trouve également des oriels et des bow-windows (entièrement vitrés ou à deux pans), des galeries et des passages sous les immeubles.

arche reliant les n°14 et 12

Enfin, dernier élément remarquable, une arche réunit les bâtiments aux n°12 et 14. Cette arche n'est pas sans évoquer celle construite par Christian de Portzamparc pour "les Hautes Formes" (1979) à Paris7. Cet ensemble immobilier partage d'autres éléments avec l'oeuvre de Portzamparc, comme le nombre de bâtiment (6), la traversée des immeubles par une rue, la placette (au dessus des parking) ou tout simplement le style postmoderne.

On notera également que tout autour des immeubles se trouvent de nombreux espaces verts, notamment du côté de la route d'Oberhausbergen. Un jardin de devant a été édifié de ce côté de façade d'une part pour éloigner les façades des nuisances de la route mais aussi pour ménager une transition avec le square du Lazaret situé en face.

Les immeubles aux n°6 et 8 sont également accessibles par une entrée située 231 route d'Oberhausbergen. A côté de cette entrée classique se trouve la loge du concierge dont l'entrée se fait à travers une véranda de forme triangulaire, rouge, contrastant avec la façade.

En façade on trouve aussi quelques décors de peinture avec des motifs géométriques, ceux-ci mériteraient une restauration car on les distingue à peine de nos jours.

D'intéressantes pergolas pour le stationnement de deux véhicules se trouvaient devant certaines entrées d'immeubles (notamment n°6 rue Marivaux). Ces pergolas ont été démolies vers 20128, à la place se trouvent des stationnements aériens classiques.

Vues en 2005

Vues récentes (2021)

Quelques photos de détails

Références

Contribute to this article


Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.