Loading...

Adresse:Cité-jardins Alexandre Ribot (Strasbourg)

From Archi-Wiki

place des Rouges Gorges, 1 rue Loriot

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1930 à 1932
Architecte Jean Sorg
Structure quartier
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


La cité-jardins Alexandre Ribot

Date 1930 à 1932
Architecte Jean Sorg
Maître d'ouvrage OPHBM de Strasbourg

La cité-jardins Alexandre Ribot a été construite entre 1930 et 1932, soit 20 ans après la Cité du Stockfeld situé à proximité, elle en constitue ainsi sa première extension. D'un point de vue urbanistique, la cité possède deux places, la place des Colombes au nord qui fait le lien avec la cité Stockfeld d'Edouard Schimpf. Au sud se trouve la place des Rouges-Gorges entouré de maisons relevant uniquement de Jean Sorg, constituant ainsi son épicentre. Entre les deux places se trouve l'Ecole du Stockfeld construit par Paul Dopff.

Cette nouvelle cité comprend 200 maisons individuelles de 3 à 4 pièces, avec jardins potagers, sur un terrain de 6 hectares, 62 ares et 24 m2.

Ces maisons furent construites en vue de l'accession à la propriété, par l'Office Public d'Habitat à Bon Marché de Strasbourg. Conformément aux recommandations de Louis Loucheur (à l’origine de la loi portant son nom), ces maisons sont construites avec le concours du Crédit Immobilier du Bas Rhin. L’Office construit les maisons et les revends par lots aux emprunteurs du Crédit Immobilier1.

Quatre types de maisons sont proposés2 :

  • type A, 34 maisons jumelées, 3 pièces avec cuisine
  • type B, 60 maisons jumelées, 3 pièces avec cuisine familiale
  • type C, 62 maisons jumelées, 4 pièces avec cuisine familiale
  • type D, 38 maisons individuelles, 4 pièces avec cuisine familiale

On peut voir sur le plan d'ensemble ci-dessous que les types de maisons sont disposées de façon variés (pas d'alignement de maisons identiques), probablement pour diversifier l'aspect des rues.

L'architecte de l'ensemble est Jean Sorg3.

Au centre de la place des Rouges-Gorges se trouve depuis environ 1932, une stèle, en l'honneur d'Alexandre Ribot, fondateur du Crédit Immobilier, établissement qui finançait les maisons construites par l'Office Public d'Habitat à Bon marché, en vue d'être revendus par lots.

Descriptif : tentative de définition d'un style

Ces maisons s'inscrivent à la fois dans un courant moderniste visant à la simplification et un courant traditionnel. Elles n'arborent pas de référence au classicisme et ne possèdent pas, sauf exception, d'éléments Art déco (sauf certains auvents ouvragés et quelques baies hexagonales). On ne trouve pas n'ont plus d'encadrements de fenêtres, mais de simple appuis. Néanmoins ce modernisme est largement tempéré par la présence de volets battants et de toitures traditionnels à forte pente avec coyaux et débords de toit.

Rappelons que l'architecte, Jean Sorg, a oeuvré, au côté de Joseph Bassompierre, Paul Sirvin et Paul de Rutté, à la construction, dans ses toutes premières années en tant qu'architecte, de la Cité Ungemach. Mais ces architectes, auteurs des cités-jardins Paul-Bert à Drancy4 et de la Butte-Rouge à Châtenay-Malabry s'inscrivaient plutôt dans le courant moderniste et Art déco.

A notre avis, Jean Sorg, du fait de sa formation d'architecte dans des écoles issues du monde germanique, la Technische Hochschule de Karlsruhe (1916-1917) et l'ENTS de Strasbourg (diplôme d'architecte en 1921), a plutôt été influencé par l'Ecole de Stuttgart pour cette réalisation. Cette école a été fondée par Paul Schmitthenner et Paul Bonatz en réaction au Bauhaus (Mouvement moderne), elle prônait des méthodes et styles traditionnels qui correspondaient plus au style germanique. Il est très probable que Sorg ait eu connaissance des travaux de ces architectes, d'autant que Paul Dopff, l'architecte de la Ville à cette période, avec qui il a collaboré, a été lui-même influencé par cette école.

La simplicité de ces maisons évoque également le quartier Stuttgartois de Kochenhofsiedlung (lotissement de la cour du cuisinier) dont les plans ont été réalisés à la fin des années 1920 selon les préceptes de l'Ecole de Stuttgart, en réaction au quartier voisin de la Weißenhofsiedung de courant moderniste.

Vue d'ensemble

Plans type des maisons

Vues anciennes

Ces vues datés des années 1930, sont extraites de l'ouvrage Les Réalisations de l'Office public d'habitations à bon marché de la ville de Strasbourg 1924-1934, publié vers 1935.

Vues récentes

Date 2010 à 2024

Quelques vues récentes permettant d'apprécier les différente typologie de bâti, ainsi que les places et rues composants la cité-jardin.

Monuments, places et rues

Quelques maisons


Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

Loading comments...