Loading...

2 rue Paul Reiss (Strasbourg)

From Archi-Wiki

2-4-6-8 rue Paul Reiss et 20 rue de la Première Armée

Image principale









Chargement de la carte...

Date de construction 1852
Structure Hôtel particulier

Date de extension 1913
Architecte Charles G. Wolff

Date de démolition 1973

Date de construction 1972 à 1975
Architecte Alfred Kronenberger
Marcel Strohmenger
Gérard Ittel
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction

Date 1852

D'après le "Fond Lorentz" conservé aux Archives de la Ville, au n°2 rue Paul Weiss se trouvait la villa Wagner, « construction de qualité du Second Empire, édifiée en 1852 par Gustave Adolphe Wagner, négociant en houblon, articles de brasserie, garance d'Alsace sous la dénomination Wagner & Cie»1.

A l'époque de sa construction, le bâtiment était situé juste derrière les remparts de la ville, d'où l'ancien nom de la rue Paul Reiss, rue Militaire de l'Hôpital. Une entrée se trouvait sans doute aussi du côté de la rue des Jardins.

Toujours d'après la même source un genre d'oriel fut ajouté en 1912 par l'architecte Carl Wolff (très probablement Charles G. Wolff). En 1913 ce même architecte édifie une élégante construction à l'angle avec l'ancienne rue de la Bourse (actuel rue de la Première Armée)1.

Cette maison formait un angle polygonal surmonté d'une pergola et d'une toiture de forme polygonale.

Démolition

Date 1973

Malgré les qualités architecturales de ces constructions, elles ont été démolies en 1973 pour laisser la place aux constructions actuels1.

Le Louvois2

Date 1972 à 1975
Architecte Alfred Kronenberger
Marcel Strohmenger
Gérard Ittel

Résidence "Le Louvois". Ensemble immobilier du milieu des années 1970 qui fait l'angle avec la rue de la Première Armée. Pendant longtemps on trouvait au rez-de-chaussée les locaux du bailleur social Domial.

La première demande de permis de construire date du 30 septembre 1971. Elle est déposée par Mme Philippon, gérante de la SCI rue Paul Reiss.

Les architectes chargé du projet sont Alfred Kronenberger et Marcel Strohmenger et Gérard Ittel, 6 rue d'Oslo à Strasbourg.

Par un courrier du 18 octobre 1971 la ville demande à la SCI de modifier son projet, par l'utilisation de matériaux « plus noble » et la modification de la façade pour une architecture « moins banale ».

En date du 5 novembre 1971 l'architecte des bâtiments de France émets un avis défavorable sur ce projet.

Une nouvelle demande de permis de construire est effectué le 7 mars 1972 par la même équipe.

La résidence comporte 96 logements et 109 places de stationnement.

Le permis de construire est accordé par la ville en date du 30 mai 1972.

Avenant et achèvement des travaux3

Un avenant au permis est demandé en date du 26 mars 1973. Un second avenant est demandé le 30 janvier 1975. Ce second avenant est accordé en date du 18 juillet 1975. Ce dernier avenant concerne probablement la régularisation des plans par rapport au bâti réalisé.

La demande d'achèvement des travaux est effectué par les architectes le 12 août 1975.

L'arrière des bâtiments donne sur la rue des Jardins. Côté rue des jardins se trouve un parking sur dalle ainsi que l'entrée au 2/4 rue Paul Reiss. L'accès automobile aux parking se fait depuis la rue Paul Reiss.

Descriptif

L'ensemble cherche à s'intégrer au cadre environnant en reprenant les hautes toitures traditionnelles, qui sont bien visible depuis la rue de la Première Armée. La façade côté rue Paul Reiss possède un oriel central sur deux travées surmonté d'un balcon et d'un grand pignon. Bien que s'inscrivant dans le cadre des constructions de la Grande Percée, on notera la rupture par rapport aux constructions des années 1950/60 de la rue de la Première Armée.

Les façades rue de la Première Armée et rue Paul Reiss, bien que différentes et de dimensions inégales, sont parfaitement symétriques.

Les grandes fenêtres, presque de taille carrée, sont divisés en quatre parties égales. Les façades sont largement vitrées, les surfaces vitrées sont majoritaires par rapport aux parties pleines.

Le rez-de-chaussée est entièrement occupé par des commerces aux larges vitrines. Le premier étage est traité comme un entresol, contrairement aux étages, il ne possède pas de balcon, il est probablement occupé par des bureaux.

Les balcons dans les étages sont de dimensions assez larges, avec garde-corps translucides, accentuant la dimension vitrée des façades. Seule concession moderne, la dalle des balcons est prolongés par des saillies verticales en béton, rappelant le mouvement moderne.

Les parties opaques du rez-de-chaussée sont traitées avec de la pierre de parement, probablement du grès avec rayures verticales.

Références

Contribute to this article


Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.