Loading...

24 quai des Bateliers (Strasbourg)

From Archi-Wiki

24 quai des Bateliers

Image principale



Chargement de la carte...

Date de transformation 1741
Structure Maison

Date de transformation 1976
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Transformation

Date 1741

Jean Jacques Rein acquiert l'immeuble en 1725. Il transforme la maison après en avoir obtenu l'autorisation en 17411

Maison Renaissance remaniée au XVIII° siècle, elle était habitée jadis par la famille Strass, dont le père fut nommé Maître-orfèvre du roi en 1734. Il fit rapidement fortune et c'est à son nom que l'on doit celui des pierres artificielles. Un très bel emblème corporatif de serrurier est présent sur l'un des porches.

La maison a été étudiée d'une manière encore plus approfondie par Jean-Michel Wendling sur son site2.

Pour en savoir plus sur les emblèmes, voir ce site. [archive]

Transformation3

Date 1976

En 1976, Claude Hauss, artisan bijoutier, demande à poser une enseigne sur la façade, sous la forme de 16 lettres en laiton d'une hauteur de 12 cm : ARTISAN BIJOUTIER, qu'on peut encore lire aujourd'hui. A cette occasion, sont réalisées deux belles photos en noir et blanc, datées du 30.12.1976, et conservées dans le dossier.

Références

  1. Bauherren, folio 154, Archives de la ville
  2. Maisons-de-Strasbourg [archive], consulté le 08/12/2020
  3. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 646W101

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Aw2mw bot

61 months ago
Score 0
Après avoir relu mes recherches et mes sources, je corrige , la famille de Philippe Jacob Strass habitait au 23 et non au 24 quai des Bateliers.

Jean-Michel Wendling

61 months ago
Score 0
C'est bien ce que j'avais écrit un peu plus bas.

Wilfred HELMLINGER

61 months ago
Score 0
La maison du quai des Bateliers, où Georges Frédéric Strass revenait souvent pour rendre visite à son frère, était le n° 23 ! Je dispose d'un article des DNA du 2.11.1982, signé par France Bittendiebel, et qui repose sur les recherches d'une généalogiste, qu'on mettra difficilement en défaut (Hélène Georger-Vogt). Or la photo de l'immeuble représente bien le n° 23. Je vais essayer de le mettre en ligne à cette adresse.

Roland burckel

61 months ago
Score 0
Merci por ces informations complémentaires.

Aw2mw bot

61 months ago
Score 0

Cette maison était habitée par Philippe Jacob Strass, frère de Georges Frédéric Strass. Georges F. Strass ne s'est pas marié, j'ai dépouillé son testament aux archives de Paris, il n'y est fait aucune mention d'une épouse ou d'enfants dans ses héritiers. Son testament rédigé en français par le notaire Jean-Antoine Dosfant de Paris en date du 17 juin 1773 est aux archives de Paris? 18 boulevard Serurier (cote D.C6 255).

http://www.p...e-paris/p149 [archive]

Je descends moi-même d'un autre frère : Johann Strass ( fils de Johann Strass pasteur à Wolfisheim)

Fabien Romary

61 months ago
Score 0

oui bien sur que M. Wendling est quelqu'un de fiable mais il ne faut surtout pas faire allusion à un commentaire dans les fiches cela ne fait pas sérieux. C'est plus une manière de formuler en fait, il faut faire allusion à M. Wendling à travers son site (lien direct de préférence) ou la référence de la source qu'il a utilisé.

d'autre part la plupart des contributeurs connaissent M. Wendling, mais les internautes qui consulte le site ne le connaissent pas forcément du coup difficile pour eux de le contacter. Alors qu'un ouvrage il est souvent possible de pouvoir le consulter et de s'y référer.

Enfin dernière raison nous avons discuté récemment de la possibilité de supprimer ses propres commentaires, hors si on fait référence a un commentaire qui est supprimé cela n'a plus de sens.

Roland burckel

61 months ago
Score 0
Je rappelle que M Wendling consulte les sources docmentaires fiables aux Archives, comme les contrats des notaires entre autres, et que ses sources sont plus fiables que le Seyboth qui ne cite aucune source.

Jean-Michel Wendling

61 months ago
Score 0

Je ferai remarquer que chacun peut constater que la parcelle

IX 179 du plan Blondel, propriétaire, veuve Strass

d’après la lsite des propriétaires (cote cote VI 585) qui l’accompagne correspond à l’actuel n° 23 en superposant les plans.

De même IX 180, Jean Jacques Lichtenfelder. Dans ce cas, je crois être le seul à pouvoir établir que le propriétaire précédent est Jean Jacques Rein.

Les « sources » ordinaires voient Strass et supposent que la maison appartenait au même propriétaire trente ans auparavant. Je constate que les « sources fiables » pour le XVIII° siècle sont l’exception. Pire, il est courant qu’une information juste (commentaire prudent de Seybpth par exemple) soit reprise de telle manière qu’elle devient fausse.

Fabien Romary

61 months ago
Score 0

Rappel très important : un commentaire n'est pas une source ! Une personne n'est pas n'ont plus une source sauf si elle a la qualité suffisante pour l'être par rapport à la nature du contenu du site. Exemple de personnes qualifiés : auteur d'ouvrage, conférencier, professeur, guide etc....

C'est l'internaute ensuite qui jugera de la qualité de la source. Exemple si on site un blogueur ou l'auteur d'un site un internaute devra être d'autant plus vigilant que s'il s'agit d'une source "réputer fiable".

Évidemment pour ne pas décrédibilisé Archi-Strasbourg IL NE FAUT PAS utiliser de source que nous savons non fiable ou alors il faut le préciser (Ex: D'après la source XXX, information à prendre avec précaution, à confirmer, etc)

En l'espèce j'ai supprimé la référence à Jean-Michel Wendling, même si les commentaires sont pertinent, il me semble que la référence à la source "Bauherren, folio 154, Archives de la ville" est suffisante. On peut aussi citer le site http://maiso...sbourg.fr.nf [archive] à condition d'avoir le lien direct sur l'information. Un lien sur un site n'est pas suffisant, il faut un lien ciblé sur l'information. C'est comme si on citait un ouvrage sans citer la page, ce n'est pas suffisant (autant chercher une aiguille dans une botte de foin).

Wilfred HELMLINGER

61 months ago
Score 0
Merci Jean Michel Wendling d'avoir rétabli un peu de vérité historique, là où ça tanguait sérieusement !

Jean-Michel Wendling

61 months ago
Score 0
Quant à Abraham Spach, mort jeune en 1719, il semble qu’il ait toujours été locataire de maisons (rue du Chaudron et rue des Orfèvres). Il n’en a en tout cas jamais été propriétaire.

Jean-Michel Wendling

61 months ago
Score 0

Georges Frédéric Straas termine en 1719 son apprentissage de 5 ans aurpès d’Abraham Spach

Echasse (XI 103), Donnerstag den 13. Julÿ Anno 1719

H. Abraham Spach der Goldarbeiter erscheint und præsentirt seinen geweßten Jungen Georg Friderich Straaßen, S: T: H. Johann Friderich Straaßen des treüeÿfferigen Pfarrherrn der Evangelischen Gemeine Zu Wolffißheim ehel. Sohn, und Zeigt die Endigung seiner 5. jährig. Lehrzeit, so biß nechst Künfftig Johanni bereits verfloßen, bittet looßsprechung Erkannt weilen die Parthen einig. alß ist denenselben gegen der Gebühr willfahrt.

Jean-Michel Wendling

61 months ago
Score 0

Jean Jacques Rein l'acquiert en 1725. Il transforme la maison après en avoir obtenu l'autorisation en 1741 (Bauherren, folio 154).

Le n° 23 (IX 179) appartenait à Anne Catherine Knoll, femme de Philippe Jacques Strass, qui l'avait recueillie dans la succession de son père le marchand Simon Knoll.

Jean-Michel Wendling

61 months ago
Score 0
La maison Strass est le IX 179 du plan Blondel qui correspond à l'actuel n° 23.

Roland burckel

61 months ago
Score 0
Dans l'édition 2012 du DHRS p. 156 on parle de la maison du bijoutier Spach où Strass fut en apprentissage de 1714 à 1724.

Wilfred HELMLINGER

61 months ago
Score 0
Il y a par ailleurs contradiction entre les renseignements du site donné en source et les renseignements que donne le site "Maisons de Strasbourg". Qui dit vrai ?

Wilfred HELMLINGER

61 months ago
Score 0
D'après Maisons de Strasbourg [archive], on lit au n° 17 de la liste, que la maison a été construite / acquise / ou remaniée en 1742 pour Jean Jacques Rein, serrurier et Marie Salomé Wahl. D'où l'emblème de serrurier. Ce qui est évoqué concernant la famille Strass concerne donc le bâtiment avant cette date. A noter que le DHRS, éd. 2012 (je n'ai pas noté la page) dit que Georges-Frédéric Strass fut en apprentissage de 1714 à 1724 auprès du bijoutier joaillier Abraham Spach, dont c'était la maison. Mais c'est après avoir affirmé dans son édition 2002, page 133, que la maison Renaissance avait été habitée par la famille Strass. Ou alors avais-je mal lu l'édition 2012 (aux AVCUS) ?