Loading...

Adresse:17 Rue Charles Appell (Strasbourg)

From Archi-Wiki

17 Rue Charles Appell (Strasbourg)

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1897 à 1899
Architecte Paul Saupp
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse

Construction1

Date 1897 à 1899
Architecte Paul Saupp

Immeuble datant de la toute fin du XIXe siècle, qui est pourvu au rez-de-chaussée d’un appareillage en pierre de taille avec bossages et des arcs en pleins cintres aux fenêtres ainsi que pour l’entrée, qui déroge manifestement à la symétrie.

Le reste de la façade, qui respecte la symétrie, est constitué de trois étages en maçonnerie, avec un léger ressaut central. Deux balcons ornent les premier et troisième étage, ce dernier étant surmonté d’un auvent original.

Enfin, le ressaut central s’achève dans le toit sous la forme d’un pignon à gradins, tout aussi original dans le quartier.

Le maître d’ouvrage est le même que celui du n° 19 contigu, à savoir Jacques Ziegler, maître-boulanger, 109 Grand-Rue (Jacob Ziegler, Bäckermeister, Langstrasse 109), qui signe seul les dessins et plans, et qui rédige également seul la demande d’autorisation de construire, comme c’est aussi le cas pour le n° 19.

Il est d’ailleurs difficile de préciser ici aussi l’identité du maître d’œuvre. En prenant toutes les précautions d’usage, il semble cependant vraisemblable qu’il s’agisse du même architecte et entrepreneur Paul Saupp, qui est supposé être le maître d’œuvre du n° 19.

A l’époque de la construction de l’immeuble, l’architecte Paul Saupp est en effet installé non loin de là, au n° 40, boulevard Clémenceau, puis s’installera même ensuite dans le n°17, rue Charles Appell, où il décède d’ailleurs en 1900..

Par ailleurs les dessins et plans ressemblent beaucoup à ceux qu’on connaît déjà de cet architecte, et surtout, on trouve plusieurs courriers écrits et signés par ses soins au nom du commanditaire.

Deux points épineux doivent cependant être abordés :

- Le premier, le plus surprenant, est, qu’excepté le rez-de-chaussée, la façade réalisée diffère à de nombreux égards du projet de l’architecte : ainsi, le dernier étage projeté n’a tout simplement pas été réalisé. On peut supposer que l’architecte ou le maître d’ouvrage a préféré qu’il soit remplacé par un étage mansardé, encadrant un pignon à gradins spectaculaire que rien ne laissait prévoir.

Mais, sachant que l’immeuble contigu émanait du même commanditaire, il est possible que cela ait facilité ce changement de plans. On observera par ailleurs que des arcs de décharge avaient été prévus aux premier et deuxième étages, et que ceux-ci n’ont visiblement pas été réalisés. Or de tels arcs de décharge ont justement été réalisés aux premier et deuxième étages de l’immeuble contigu n° 19. Ce qui constitue, soit-dit en passant, un argument de plus pour envisager que ce soit le même architecte qui ait conçu les deux immeubles.

Le deuxième point épineux est la présence d’une mention rarement observée, sous la forme d’une inscription ressemblant à une signature émargeant quasiment tous les plans : « Mages Techniker ». Or, ce nom est inconnu et ce point reste donc obscur.

L’autorisation de construire est accordée le 21 août 1897 (et donc postérieure de plus d’une année à celle du n° 19). La construction est complètement achevée au 27 juin 1899 (et on notera qu’elle est cette fois postérieure de deux années à celle de l’achèvement du n° 19). .

Entre 1983 et 1986 a lieu la transformation du dernier niveau avec l’aménagement d'un logement dans les combles de l’immeuble, par AGM Architecture, agence de l’architecte DPLG Albert G. Mehl, installé à l’époque au n° 15, rue Ehrmann.

Références