Loading...

10 rue Gutenberg (Strasbourg)

From Archi-Wiki

10 rue Gutenberg

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1751
Structure Immeuble
Courant architectural rococo

Date de démolition 1944

Date de construction 1950 à 1952
Architecte Adolphe Wolff
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction

Date 1751

La façade date de 1751, elle fait l’objet d’une autorisation par les directeurs du bâtiment. Le maître d’ouvrage est Marie Barbe Oswald, veuve du marchand Jean Baptiste Ruffier dit Deschamps.1

Le style est typique du rococo strasbourgeois. On trouve un rez-de-chaussée à arcades avec mascarons et agrafes décorés de coquilles. Aux étages les rebords de fenêtre sont galbés et les linteaux légèrement cintrés sont décorés de mascarons (premier étages au centre) ou d'agrafes. Au premier étage, l'étage noble possède un beau balcon à la française pour sa fenêtre centrale.

Aujourd'hui disparue, cette maison peut être comparée d'un point de vue stylistique à la Maison Spach située 18 rue du Dôme.

Information

Date 1943

Les documents ci-dessous (façade et plan) dateraient de 1943 et étaient classés dans un dossier de reconstruction2

Cette partie de la rue s'appelait encore Grand Rue et cet immeuble était au n°143.

L'immeuble a été détruit en 1944 (voir l'évènement suivant),

Démolition

Date 1944

Immeuble démoli par les bombardements du 11/8/1944

Reconstruction34

Date 1950 à 1952
Architecte Adolphe Wolff

1946 : L’architecte Auguste Haentzler demande l’autorisation de construire une baraque provisoire sur l ‘emplacement de l’immeuble détruit,

1950 : demande de permis de construire un immeuble par l’architecte Adolphe Wolff (4b, rue des Pontonniers)

- permis de construire délivré le 25/4/1950

- début de construction en octobre 1950,

- Immeuble terminé le 9/2/1952,

Les têtes sculptées qui ornaient les baies du rez-de-chaussée , encore en bon état après le bombardement, et amassées devant les ruines, ont disparu (courrier du propriétaire du 1er septembre 1950 à l’architecte de la ville)

Aspect actuel

Date 19/1/2017


Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

31 months ago
Score 0
Question d'école et de goût : la reconstruction n'est pas mal, ayant des affinités avec le style de l'immeuble original. Mais, comme il existait une photo détaillée de la façade avant la destruction, une reconstruction de la façade parfaitement à l'identique aurait été possible. Sans être sûr cependant que le résultat soit totalement convaincant. Donc, là, je me répète, mais je trouve cela pas mal...

Wilfred HELMLINGER

31 months ago
Score 0
La reconstruction a, semble-t-il, déjà eu lieu en 1948, puisqu'on trouve au n° 143, Grand-Rue le commerce "Kircher et Cie, cuirs et crépins". En 1953, la maison porte toujours le n° 143, Grand-Rue, avec toujours le même propriétaire1.

François Metz

31 months ago
Score 0
La photo de destruction a un autre mérite : regardez donc la maison restée debout, à l'arrière-plan, dont la façade date du XIXème, a priori. Sur le mur auquel était adossée la maison XVIIIème, on observe des arcatures, qu'on retrouve ailleurs dans Strasbourg (Rue des Pucelles de mémoire, par exemple) ou dans différents châteaux du Kochersberg (Breuschwickersheim, Osthoffen) et d'ailleurs, et qui semblent nous ramener au XVème siècle. Voilà sans doute encore un cas de maison qui cache bien son jeu, exactement comme beaucoup d'autres, à commencer par la Caisse des Dépôts et des Consignations, Rue des Juifs, ou la maison de l'ancienne Droguerie du Serpent, dont la façade ramène là encore au XIXème, mais dans laquelle on trouve une fresque médiévale sur le mur du fond...

Jean-Michel Wendling

31 months ago
Score 0

Voici un historique de cette maison

http://maiso...page_id=3348 [archive]

qui complète le répertoire de maisons XVIII° que je suis en train de dresser.

Jean-Michel Wendling

31 months ago
Score 0

Comme je l’ai dit l’autre jour, quelques précisions sur cette maison caractéristique du XVIII°.

La façade date de 1751, elle fait l’objet d’une autorisation par les directeurs du bâtiment. Le maître d’ouvrage est Marie Barbe Oswald, veuve du marchand Jean Baptiste Ruffier dit Deschamps.
  1. annuaires d'adresses de Strasbourg en ligne